Origine et historique

 

simmental_vache

 

Une origine Suisse:

La réputation du bétail de Suisse est ancienne, particulièrement celle du bétail des Préalpes Bérnoises, qui offrent des conditions très favorables à l'élevage bovin.
Jusque vers 1850, le cheptel y est assez hétérogène, dans son format, ses aptitudes, sa robe. Toutefois, dans la Simmenthal (vallée de la Simme) la majeure
partie du bétail est de robe pie rouge.

Dans la seconde moitié du XIXème siècle, ce modèle "Tacheté Rouge (Tacheté de Berne" va s'imposer et prendra l'appelation "Simmental" du nom de la vallé de l'Oberland Bernois dont il est issu.

 

 
 

En France:

La zone d'extension de ce bétail Pie Rouge s'étend du Nord de l'Alsace au Bas Dauphiné, incluant la moitié sud de la Lorraine, les plateaux calcaires de Langres et du Chatillonais, ainsi que la plaine de la Saône. Ces régions ont en commun leur climat, de type continental avec des hivers longs et rigoureux et leurs sols calcaires.

Cependant, les structures d'exploitation sont extrêmement variables d'une région à l'autre. En Alsace et dans le Dauphinois dominent les petites unités de production tandis que de grandes exploitations caractérisent les plateaux calcaires de Côte d'Or ou de Haute Marne.

Cette diversité de milieux, de structures d'exploitations et de potentiels de production se reflète dans la sélection et la conduite du cheptel. Ainsi, le bétail est "façonné" au gré des systèmes agraires locaux.

 

 

 

1930: La Tachetée de l'Est... tachetée de l'est

Un Herd Book s'ouvre en 1930 à Dijon. Ce sera le Herd Book de la race Tachetée Rouge de l'Est. L'inscription des animaux est alors lancée. De 1930 à 1939, 4400 animaux seront inscrits, dont 1158 mâles, selon la répartition géographique suivante: 36% en Haute Marne, 32% en Côte d'Or, 15% dans les Vosges, 7% dans le Jura et 10% dispersés dans quelques autres départements de l'Est (Aube, Haute Saône...)

A la fin des années 30, le bétail tacheté est en progression sur tous les départements
de l'Est: 624000 têtes dénombrées en 1936, 761000 en 1941. La race est présente dans des exploitations de type polyculture élevage qui s'intègrent peu à peu dans une économie marchande.

Dans les années Après Guerre, la race Tachetée de l'Est vit son apogée avec un effectif de 500000 vaches. Elle compte parmi les premières races bovines françaises, juste derrière la Normande.

 

 

 

1960 : La Pie Rouge de l'Est...

pie rouge de l'estCette position forte sera de courte durée. En 1960, la race change de nom et s'appellera désormais "Pie Rouge de l'Est". Ce changement de nom ne changera rien, la spécialisation de l'agriculture qui va suivre dans les années 60 et 70 vont entraîner la chute des effectifs.

La mise en place des quotas laitiers au début des années 80 lui sera fatale : les troupeaux de race Pie Rouge de l'Est sont de petites taille, peu spécialisés et présents dans de grandes exploitations tournées vers la polyculture.

Beaucoup de petites exploitations abandonnent la production laitière à la faveur de primes de cessation.

 

 

 

1990 : La Simmental Française

simmental_francaiseIl faudra attendre le début des années 90, alors que les races spécialisées montrent leurs limites dans une conjoncture économique agricole qui a changé, pour redécouvrir tous les avantages de la race.
L'UPRA crée en 1977 décide alors d'identifier clairement la race à ses origines et à son nom mondialement connu. La Pie Rouge de l'Est devient alors "Simmental Française" en 1993.


De nombreux éleveurs s'intéressent de nouveau à la race et la demande en reproducteurs de fait de plus en plus forte.
Elle se développe d'abord dans toute la zone Massif Central et plus particulièrement dans les régions du Nord Aveyron ou elle fait déormais partie intégrante du fromage AOC Laguiole. Les qualités de son lait, sa rusticité et sa double aptitude lait/viande expliquent le choix de la race dans cet AOC.

 

Plus récemment, les régions de l'Ouest de la France ont également découvert toutes les vertus de notre race. Les problèmes (cellules, fertilité, longévité...) rencontrés sur les races laitières spécialisées expliquent le choix de nombreux éleveurs à se tourner aujourd'hui vers la Simmental.

Ainsi ces 15 dernières année la race a augmenté ses effectifs au Contrôle Laitier de 40%. Et ce développement à travers tout le territoire français est loin d'être terminé.....